La pression ne faiblit pas

Le radar de Vieillespesse a fait les frais de la colère des agriculteurs. Le radar de Vieillespesse a fait les frais de la colère des agriculteurs.

Depuis dix jours, les actions coup de poing des éleveurs cantaliens se multiplient, à l'appel de la FDSEA et des JA, dans les 3 sous-préfectures

 Leur détermination reste intacte pour faire aboutir leurs revendications, ainsi que l’ont exprimé leurs leaders syndicaux. Patrick Benezit, président de la FRSEA Massif central, a redit “le souhait des syndicats FD-JA de mobiliser les agriculteurs au niveau du Massif central dès lundi dernier” et dénoncé une nouvelle fois “la décision prise unilatéralement par le gouvernement de ponctionner les 255 millions d’euros du fonds de calamité sécheresse, fonds qui plus est alimenté par les agriculteurs eux-mêmes…” Un dédommagement qu’ils attendent toujours. En conséquence, les agriculteurs ont décidé de poursuivre la pression : “Nos trésoreries sont à plat en plein milieu de l’hiver… On demande aussi une reprise en main de la France à Bruxelles par une intervention sur les prix.”

Menottés par les gendarmes
Cette soirée d’actions syndicales a été marquée par plusieurs événements dont un qui a fait bondir les agriculteurs : deux des leurs mis à terre et menottés par les gendarmes de Neuvéglise alors qu’ils taguaient la chaussée devant la gendarmerie. “Ils nous ont plaqués au sol. On voulait simplement s’exprimer dans le cadre d’une action syndicale. Ils nous ont ensuite pris en photo et fichés, puis relâchés au bout d’une demi-heure”, dira l’un d’eux. Grosse colère de Guy Touzet, le représentant de la FDSEA, prêt à en découdre avec la brigade : “S’ils nous cherchent, ils vont nous trouver” et, sur le coup de 23 h 30, la quarantaine d’agriculteurs se retrouve finalement devant la caserne de Neuvéglise pour demander des comptes. Via l’interphone, une conversation aura lieu, et le ton des gendarmes finira par apaiser la colère des agriculteurs. Auparavant, ce sont plusieurs opérations menées par plusieurs unités qui auront marqué cette nuit sanfloraine où, par petits groupes, les agriculteurs ont tagué deux radars de l’A75 au niveau de Vieillespesse et les ont recouverts de sacs y apposant la signature à la bombe à peinture, de la FDSEA et des JA. Pareille opération était prévue à Neussargues sur le radar de la RN 122. À Saint-Flour, ce sont les bâtiments du Trésor public et de la sous-préfecture qui étaient visés où divers “mots doux” ont été tagués sur les murs. D’ores et déjà, plusieurs autres actions sont prévues “la semaine prochaine et sans doute la suivante dans tout le Massif central”, a prévenu Patrick Bénézit. Guy Touzet a ainsi détaillé la journée de mardi où il appelle “tous les éleveurs et les personnes vivant de l’élevage plus généralement (marchands d’aliment, etc.) à venir nombreux à Saint-Flour dès 10 h 30 avant un blocage programmé de la ville le 10 février” et sans doute encore d’autres actions d’ici là.


C. Fournier

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'union du Cantal. Droits de reproduction et de diffusion réservés.
Évaluer cet élément
(0 Votes)

CERFRANCE Cantal

Logo PleinChamp

logo MétéoFrance

Météo

Averses

12°C

Aurillac

Averses
Humidité: 87%
Vent: S-SO à 28.97 km/h
Vendredi
Orages dispersés
8°C / 13°C
Samedi
Averses
8°C / 13°C
Dimanche
Pluie
9°C / 16°C
Lundi
Partiellement nuageux
12°C / 20°C

Agenda

Aller au haut

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale ainsi que la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux.