En finir avec la peur de manquer d’herbe grâce à une conduite optimisée du pâturage

L’herbe pâturée au bon stade garantit de meilleures performances animales : démonstration chez Bruno Dufayet avec une étude conduite  par Didier Nureau et Joëlle Noël de la Chambre d’agriculture.  L’herbe pâturée au bon stade garantit de meilleures performances animales : démonstration chez Bruno Dufayet avec une étude conduite par Didier Nureau et Joëlle Noël de la Chambre d’agriculture.  L'union du Cantal

Le comité de développement des Monts du Cantal a présenté les résultats d’une étude portant sur la valorisation de l’herbe et la croissance des broutards.

Pendant trois ans (2014-2015-2016), le CRDA des Monts du Cantal(1) a suivi cinq élevages allaitants en race salers pour étudier l’impact d’une conduite optimisée du pâturage sur la croissance des broutards. Les résultats ont été présentés lors d’une journée technique qui s’est  tenue  mardi 10 octobre, le matin chez Bruno Dufayet à Mauriac et l’après-midi   au  Gaec Duval à Riom-ès-Montagnes(2).
Connaître le potentiel de ses prairies
“Ce suivi m’a aidé à prendre du recul et à gérer différemment mon système fourrager”, a témoigné Bruno  Dufayet, qui pratique le pâturage tournant. Une idée clé est à retenir selon les conseillers agricoles des GVA qui ont réalisé le suivi  (Didier  Nureau et Joëlle Noël) : un hectare d’herbe n’est pas égal partout ! Connaître le type fonctionnel dominant de chaque prairie constitue une première étape. “La typologie est un élément très important et pas facile à faire soi-même, a poursuivi Bruno Dufayet. Mais c’est très utile : j’ai complètement changé mon tour de parcelle en tenant compte de la précocité. J’ai arrêté le déprimage et j’ai gagné sur mes stocks.” La typologie de l’exploitation est une nouvelle approche pour mieux valoriser les ressources fourragères : on tient compte du potentiel de chaque prairie pour adapter les pratiques et le niveau d’intensification, a expliqué Didier Nureau.
Autre élément déterminant pour la croissance des veaux : exploiter l’herbe à son meilleur stade.  “Potentiel laitier des mères et herbe de qualité sont des facteurs clés des performances des broutards”, a rappelé le conseiller. Le niveau d’ingestion de matière sèche et le GMQ (gain moyen quotidiennement) des broutards varient en fonction du stade de l’herbe. En théorie, au stade feuillu, le GMQ d’un broutard de 8 mois (300 kg de poids vif) frôle les 1 500 g/j ; à l’épiaison, il n’est plus que de 500 g et à la floraison, il tombe à zéro ! “Sur les cinq exploitations suivies, on a mesuré des écarts de croissance allant jusqu’à 200 g de GMQ en fonction de la qualité de l’herbe, a précisé Didier  Nureau. Or, les kilos de viande faits au printemps, c’est de l’aliment en moins à donner à l’automne au nourrisseur.”  Pas facile pour autant de se repérer quand le cycle de pousse de l’herbe varie d’une année sur l’autre.
Utiliser le cumul de températures
L’étude montre d’ailleurs que systématiquement, les éleveurs ont tendance à trop tarder pour sortir leurs animaux, le risque étant alors de se laisser “dépasser”. D’où l’intérêt
d’utiliser la somme de températures comme outil d’aide à la décision(3). “Je pratiquais déjà le pâturage tournant, mais je me suis amélioré, a reconnu Sébastien Breuil. Je me base maintenant sur la somme de températures et j’ai moins peur de manquer d’herbe.” “Il faut au moins deux-trois ans pour l’intégrer, mais ensuite, on se rend compte que c’est vraiment pratique quelle que soit l’évolution climatique, a ajouté Bruno  Dufayet. Le plus difficile, c’est de passer le cap de la peur de manquer d’herbe : aujourd’hui, je sors beaucoup plus tôt et je profite mieux de la pousse de l’herbe. Ça se reconnaît sur la croissance des veaux et sur l’état corporel des mères.”
C. Jahnich/APAP
(1) Comité regroupant les  GVA  de  Mauriac-Pleaux-Salers, Riom-Condat  et Saignes-Champs.
(2) Les cinq exploitations suivies :  Bruno Dufayet à Mauriac, Sébastien Breuil au Vigean, le Gaec Duval à Riom-ès-Montagnes, le Gaec Peyre Grosse à Valette et l’EARL du Manclaux à Trizac. 
(3) De février à juillet, le bulletin Info prairie de la Chambre d’agriculture permet aux éleveurs de suivre les cumuls de températures pour exploiter l’herbe à son meilleur stade.

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'union du Cantal. Droits de reproduction et de diffusion réservés.
Évaluer cet élément
(0 Votes)

CERFRANCE Cantal

Logo PleinChamp

logo MétéoFrance

Météo

Globalement nuageux

1°C

Aurillac

Globalement nuageux
Humidité: 85%
Vent: E-SE à 11.27 km/h
Mercredi
Partiellement nuageux
3°C / 13°C
Jeudi
Globalement nuageux
7°C / 13°C
Vendredi
Globalement nuageux
6°C / 13°C
Samedi
Pluies dispersés
2°C / 9°C

Agenda

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
Aller au haut

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale ainsi que la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux.