Montagne et paille, valeurs économiques et environnementales qui fédèrent

Les responsables de la Capp et du groupe Altitude, aux côtés de Catherine Marcellin et Annick Jordan de la Draaf Aura. Les responsables de la Capp et du groupe Altitude, aux côtés de Catherine Marcellin et Annick Jordan de la Draaf Aura. L'union du Cantal

Un nouveau Groupement d’intérêt économique et environnemental relatif au porc de montagne sur paille est validé. Porté par la Capp, il est présidé par Laurent Serieys, éleveur à Labesserette.

Il y en a 411 en France ; 32 en Auvergne-Rhône-Alpes (Aura) ; 3 dans le Cantal(1). Mais quoi donc ? Les Groupements d’intérêt économique et environnemental (GIEE ou GI2E) qui permettent “une reconnaissance officielle par l’État de l’engagement collectif d’agriculteurs dans la modification ou la consolidation de leurs pratiques en visant une performance économique, environnementale et sociale”. Le dernier, présenté par la coopérative porcine du groupe Altitude (Capp) en avril dernier, a été reconnu en juillet. Basé sur une reconnaissance du porc de montagne sur paille, il est dans sa phase opérationnelle. 
Sur les 45 éleveurs adhérents à la Capp, 10 qui produisent déjà du Capelin - porc charcutier sur paille à haute valeur génétique et fini à la farine de châtaignes - se fédèrent autour de l’objectif de “conforter durablement la production de porcs de montagne sur paille”. Ils répondent pour cela à plusieurs axes comme  une meilleure valorisation économique, une amélioration des performances environnementales, une meilleure attractivité du métier... Ils s’engagent aussi à apporter une réponse sociétale, comme l’a précisé Benoît Julhes, président de la Capp, lors d’une journée de présentation, mercredi aux côtés de la Draaf Aura.
“Il ne s’agit pas d’un énième cahier des charges, ni d’une réglementation imposée d’en haut”, tient à préciser d’emblée Catherine Marcellin, chef du service régional de l’économie agricole. “Il s’agit d’une démarche volontaire, issue du terrain, qui cherche à trouver un nouvel équilibre pour exploiter les potentiels territoriaux ; retrouver du bon sens pour mieux tirer profit de ce que la nature offre ; un GIEE validé profite d’une reconnaissance et d’une mise en lumière”, complète Annick Jordan, chef de projet agro-écologie.
Dans le détail
Les responsables de la Draaf expliquent aussi la philosophie de la démarche qui nécessite de s’appuyer nécessairement sur des notions collectives et de reproductibilité du projet, via des propositions de changements de pratiques dont d’autres éleveurs doivent pouvoir s’inspirer. Des critères qui font d’ailleurs partie des conditions obligatoires pour voir une demande de GIEE aboutir, après examen par diverses commissions et comités d’experts... Ce que le projet de porcs de montagne sur paille a réussi du premier coup.“Et ce n’est pas toujours le cas”, confie Catherine Marcellin. 
Jean-Luc Doneys, directeur de la branche porcine du groupe Altitude, et Xavier Legrand, responsable de développement des activités hors-sol, détaillent les objectifs que se sont fixés les dix éleveurs du GIEE et les fiches actions qui y répondent. Sur le volet économique : l’amélioration des techniques de paillage, par des échanges de pratiques entre éleveurs ; maîtrise des coûts de production, avec protocole de suivi ; développement de la culture céréalière et évolution des assolements. Sur les performances environnementales : l’évaluation de l’intérêt du fumier après analyse de fumier et des sols ; limiter le recours aux antibiotiques avec des essais en élevage et partage de diagnostics.
Pour répondre à la demande sociétale : améliorer la plus-value chez l’éleveur, avec la mise en place d’un nouveau “filet de sécurité prix” ; créer du lien avec le consommateur, via des fiches élevage, en communiquant sur internet et en participant à des événements culturels. Enfin, pour améliorer l’attractivité du métier : faire connaître le métier, via des rencontres avec les jeunes scolarisés en établissement agricole et leur proposer des visites de fermes ; revoir les conditions de travail, suite à des réunions d’échanges sur la manipulation du porc ; mieux organiser le travail sur l’exploitation, par la valorisation de l’atelier porc  globale. La totalité de ce programme est validée. C’est parti pour trois ans.
Des aides
Outre un financement sur le volet animation, un Groupement d’intérérêt économique et environnemental permet aussi aux porteurs de projets de voir leurs investissements soutenus à hauteur de 10 % d’un montant plafonné à 250 000 €/UTH. Un dispositif dont profitera Laurent Serieys de Labesserette près de Montsalvy (voir son projet par ailleurs), chez qui la journée de présentation s’est déroulée et qui préside le GIEE mis en place par la Capp. Les différents acteurs espèrent que le GIEE du porc montagne sur paille séduira de nouveaux adhérents, car comme l’a souligné Félix Puéchal, responsable des produits carnés du groupe Altitude, la demande sur un produit aussi spécifique dépasse l’offre.
“Et ce n’est pas une question de mode.” Il prend pour preuve ces “bouchers hollandais haut-de-gamme qui ont choisi à l’aveugle du Capelin, pour ses seules qualités organoleptiques”.
Renaud Saint-André
(1) Celui du porc de montagne de la Capp, celui de Cant’adear (sur l’autonomie alimentaire des élevages) et celui de l’association Tradition salers (salers traites).


Plus d'infos à lire cette semaine dans L'union du Cantal. Droits de reproduction et de diffusion réservés.
Évaluer cet élément
(0 Votes)

CERFRANCE Cantal

Logo PleinChamp

logo MétéoFrance

Météo

Nuageux

-1°C

Aurillac

Nuageux
Humidité: 92%
Vent: E-SE à 11.27 km/h
Jeudi
Averses
4°C / 7°C
Vendredi
SP_WEATHER_RAIN_AND_SNOW
0°C / 6°C
Samedi
Globalement nuageux
-1°C / 1°C
Dimanche
Globalement nuageux
-3°C / 1°C

Agenda

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
Aller au haut

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale ainsi que la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux.